Rechercher

Introduction

Dernière mise à jour : sept. 29


Plus jeune, la lecture de nombreux livres d’entretiens obéissait à une soif de curiosité. Comprendre une oeuvre dans sa globalité, saisir ce qu'est l'énergie créatrice ou simplement découvrir une personnalité derrière ses films, ses livres, ses pièces …

Investi et passionné par le milieu dans lequel j’évolue depuis plusieurs années, il m’a toujours semblé important d’échanger avec mes jeunes collègues compositeurs, nous qui partageons la même fougue, cette volonté de créer malgré les doutes et les conditions parfois misérables que nous acceptons. Toujours informels, ces échanges portaient sur des sujets liés à l'esthétique, la technique, les sources d'inspiration mais aussi anecdotes. Je retrouvais parfois le ton libre de certains entretiens qui m'avaient marqués. Je l’écris à vous chères et chers compositrices/compositeurs, sans exagération ni flatteries hypocrites: jouer votre musique n’est pas un acte banal, c’est au contraire témoigner de votre rapport au sensible, à ce monde qui se délite chaque jour un peu plus devant nos yeux. Jouer votre musique n’était qu’une première porte à ouvrir afin de créer un lien intime, porte d’entrée vers une oeuvre personnelle dont la pensée, me semble t-il, devrait être retranscrite quelque part.

Je réalise donc une série d’entretiens avec des collègues et parfois amis avec lesquels j’ai eu le plaisir de collaborer. Quarante-cinq minutes de conversation en tête à tête autour de leur oeuvre, pièces, préoccupations, doutes… A l’heure du Skype généralisé, j’ai insisté pour que ces conversations soient "lives", autorisant toutes les digressions et anecdotes, sans le souci de la fluidité des propos, parfois un verre à la main, sans aucune préparation de leur part.

Si recueillir la parole des artistes me semble donc primordial, il faut bien avouer qu'elle est malheureusement inaudible même si quelques revues/émissions spécialisées ont le courage de ne pas abandonner. Je ne pense pas que mon initiative permettra de répandre dans l’espace public la parole des jeunes artistes. Elle est peut être vaine, qui sait, mais j’ai l’intuition que le dialogue et l’échange nous permettront d’avancer ensemble réfléchissant aux difficultés actuelles (diffusion, public, financement) tout en se projetant dans un avenir collectif.

Comme l’a écrit récemment Raphael Cendo:


« Il faut toujours avoir à l’esprit que nous composons aussi pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens d'accès à nous. Ils ne nous entendront peut être jamais: mais nous garderons cette force d’Humanité qui nous unit dans cette présente disparition […] Nous inventons, dans ce pays sans nom, nos propres moyens de communiquer et d'exister »


"Du sens et du non-sens d'être encore vivant" - Maison ONA